Les centres de données et les services cloud sont-ils durables ?

| 19 janvier 2024

De plus en plus d'entreprises transfèrent leur infrastructure informatique dans le cloud. En effet, les services cloud offrent aux organisations une plus grande flexibilité, ce qui est particulièrement intéressant en période d'incertitude. Mais les services cloud et leurs centres de données sont-ils également plus durables que les serveurs d'entreprise traditionnels ?



Plus durables que les serveurs sur site

 

En général, les grands centres de données modernes dans le cloud sont plus efficaces sur le plan énergétique que les serveurs d'entreprise sur site. Par exemple, les entreprises choisissent souvent des serveurs internes plus grands que nécessaire, ce qui entraine une plus grande consommation d'énergie. En effet, les besoins énergétiques d'un serveur dépendent de sa taille et non de la capacité réelle utilisée.
 
De plus, les centres de données optent pour la virtualisation des ressources informatiques physiques (telles que le matériel, les logiciels, le stockage et les technologies de réseau). Cela permet de distribuer ces ressources de manière flexible et en fonction de la demande des différents clients afin de les déployer de manière optimale. En outre, de nombreux fournisseurs de services dans le cloud surbookent les ressources virtualisées, car les utilisateurs ne réclament pas toutes les ressources réservées en même temps. Il en résulte une efficacité encore plus grande.
 
L’utilisation de documents et de fichiers partagés dans le cloud (par exemple via Microsoft Teams) réduit également les versions redondantes, ce qui permet de stocker moins de données.
 
Selon une étude menée par Microsoft et WSP, le cloud computing permet d'améliorer l'efficacité énergétique de 93 % et d'émettre 98 % de gaz à effet de serre en moins que l'infrastructure informatique sur site.
 
 

“Plus durable” ne signifie pas “durable”

 

Aussi efficaces soient-ils, il ne faut pas oublier que les centres de données ont toujours besoin de grandes quantités d'électricité et d'eau pour fonctionner. Ils produisent donc beaucoup de CO2. On estime que les centres de données représentent actuellement 3 % de la consommation mondiale d'électricité, et que ce chiffre passera à 4 % d'ici à 2030.
 
Les serveurs génèrent d'énormes quantités de chaleur résiduelle, ce qui entraine une forte consommation d'eau pour le refroidissement des centres de données. On estime que l'ensemble des centres de données à grande échelle consomment 1,7 million de litres d'eau par jour. Et ce, alors que d'ici 2025, la moitié de la population mondiale vivra dans des régions souffrant de pénuries d'eau.
 
En raison de la nature essentielle des données stockées dans un centre de données, tout doit être sauvegardé avec une redondance totale en cas de défaillance des serveurs primaires. Cela signifie des serveurs, des alimentations et des systèmes de refroidissement de secours. Le double de la capacité strictement nécessaire est toujours utilisé.
 
 

Comment choisir un centre de données plus durable ?

 

À quoi faut-il faire attention lorsque l'on recherche un fournisseur de services cloud durable ? Vérifiez au préalable les trois points suivants :
 

  1. Renseignez-vous sur les certifications internationalement reconnues, telles que ISO 14001 ou LEED. La norme internationale de gestion de l'environnement ISO 14001 définit des exigences mondialement reconnues pour un système de gestion de l'environnement. Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) est un système d'évaluation des bâtiments écologiques.
     

  2. S'ils sont disponibles, examinez les chiffres relatifs au CO2 lié à la consommation d'eau et aux déchets et renseignez-vous sur les mesures prises par le fournisseur pour les réduire.
     

  3. Vérifiez si le fournisseur de services cloud utilise des centres de données alimentés principalement ou entièrement par des énergies renouvelables.
     

Avec Konica Minolta, vous êtes au bon endroit

 

Konica Minolta s'engage à fournir des services cloud de la manière la plus durable possible et travaille avec différents centres de données pour atteindre cet objectif. En tant que partenaire accrédité de Microsoft Cloud Solution, nous offrons de nombreux services Microsoft qui sont également hébergés dans des centres de données Microsoft. Quatre d'entre eux sont déjà certifiés LEED Gold, tandis que 74 autres projets sont en cours de certification. D'ici 2025, Microsoft prévoit d'alimenter ses centres de données avec 100 % d'énergie renouvelable. Et d'ici 2030, Microsoft vise à restituer à l'environnement plus d'eau qu'elle n'en consomme et à ne produire aucun déchet dans le cadre de ses activités directes.
 
La solution d'impression cloud Workplace Pure de Konica Minolta est hébergée dans l'Open Telekom Cloud, fourni par le centre de données de Telekom à Biere, Bördeland près de Magdebourg en Allemagne. Avec une valeur PUE (Power Usage Effectiveness) de 1,3, il nécessite 30 % d'énergie en moins que les centres de données comparables. En outre, le centre de données Telekom est alimenté à 100 % par de l'électricité provenant de sources d'énergie renouvelables.
 
De plus, Konica Minolta possède ses propres centres de données à Hanovre (Allemagne) et à Stockholm (Suède). C'est à partir de ces centres que nous proposons à nos clients une Infrastructure as a Service, un environnement d'infrastructure informatique virtuel avec un réseau virtuel, un stockage virtuel et des ressources de serveurs virtuels. Les deux centres de données fonctionnent avec 100 % d'énergie renouvelable et sont certifiés ISO 14001. Le site de Hanovre ne nécessite pas de refroidissement ou de climatisation supplémentaire jusqu'à une température extérieure de 27 °C.
 
Vous souhaitez obtenir plus d'informations sur nos services cloud ? N'hésitez pas à nous contacter !

 

Blogs

Blogs

Les PME sont plus vulnérables aux cyberattaques : causes et remèdes

Toute organisation peut être touchée par une cyberattaque, mais les conséquences sont souvent plus graves pour les PME que pour les grandes entreprises. Pourquoi les PME sont-elles plus vulnérables ? Et comment se préparer...